L’approche du Fonds mondial pour les femmes est axée sur l’obtention des droits des femmes, des filles et de toutes les personnes historiquement marginalisées. Les droits humains des femmes sont essentiels pour parvenir à une justice de genre au niveau mondial.

Que sont les droits humains des femmes ?

Les droits des femmes sont les droits humains fondamentaux qui ont été consacrés par les Nations unies pour chaque être humain sur la planète il y a près de 70 ans. Ces droits comprennent le droit de vivre sans violence, sans esclavage et sans discrimination, le droit à l’éducation, le droit à la propriété, le droit de vote et le droit à un salaire juste et égal.
Comme le dit l’adage désormais célèbre, « les droits des femmes sont des droits humains ». En d’autres termes, les femmes ont droit à tous ces droits. Pourtant, presque partout dans le monde, des femmes et des filles en sont encore privées, souvent simplement en raison de leur sexe.
Pour obtenir des droits pour les femmes, il ne suffit pas de donner des chances à une femme ou une fille en particulier ; il faut aussi changer la façon dont les pays et les communautés fonctionnent. Cela implique de changer les lois et les politiques, de gagner les cœurs et les esprits, et d’investir dans des organisations et des mouvements de femmes forts.
Le Fonds mondial pour les femmes existe pour soutenir les efforts inlassables et courageux des groupes de femmes qui travaillent chaque jour pour obtenir des droits pour les femmes et les filles. Ces groupes s’efforcent de faire en sorte que les femmes puissent posséder des biens, voter, se présenter aux élections, recevoir des salaires équitables et vivre à l’abri de la violence – y compris la violence domestique, les agressions sexuelles et les pratiques néfastes telles que les mutilations génitales féminines.

Quels sont les droits que nous défendons ?

Nous voulons que chaque femme et chaque fille réalise les droits inscrits dans la Déclaration universelle des droits de l’homme. Nous défendons également d’autres droits qui sont essentiels pour l’égalité des femmes. Nous défendons le droit des femmes à décider si et quand elles ont des enfants, et à bénéficier de soins de santé de qualité qui leur permettent de ne pas mourir pendant la grossesse ou l’accouchement. Nous savons que la mutilation génitale féminine est une violation des droits des filles et qu’elle doit être éliminée. Et nous défendons le droit de chaque femme à vivre dans l’égalité et sans discrimination, quelle que soit sa sexualité ou son identité.
Nous soutenons deux documents essentiels pour les droits des femmes qui ont suivi la déclaration de l’ONU. La Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW), une déclaration internationale des droits des femmes, exige des gouvernements qu’ils mettent fin à la discrimination fondée sur le sexe et affirme les droits des femmes aux services de santé, y compris au planning familial. La déclaration et le programme d’action de Pékin, adoptés en 1995 lors de la quatrième conférence mondiale des Nations unies à Pékin, étaient un cri de ralliement visant à ancrer l’égalité des sexes et les droits des femmes dans tous les aspects de la vie.

Les droits des femmes et les objectifs mondiaux

Les objectifs du Millénaire pour le développement des Nations Unies fixent des cibles spécifiques pour réduire la pauvreté, y compris des cibles pour une plus grande égalité des sexes dans l’éducation, le travail et la représentation. ONU Femmes a constaté que les progrès étaient inégaux. À l’échelle mondiale, davantage de femmes sont désormais scolarisées et travaillent. Pourtant, les filles sont toujours plus susceptibles que les garçons de ne pas être scolarisées (en particulier dans le secondaire). Et bien que le nombre de femmes élues ait augmenté, elles ne représentent toujours que 21,8 % des parlementaires. Qui plus est, les droits des femmes restent menacés dans de nombreux domaines qui ne sont pas abordés dans les objectifs du millénaire – de la violence contre les femmes aux droits sexuels et reproductifs. Et les femmes qui sont déjà marginalisées en raison de leur race, de leur caste, de leur sexualité, de leurs revenus ou de leur lieu d’habitation sont les moins favorisées de tous.
Une bénéficiaire d’un projet d’agriculture pour les femmes en Ouganda s’adresse à sa communauté Les nouveaux objectifs de développement durable (ODD) promettent réellement d’intégrer les avancées en matière de droits des femmes et comprennent un objectif spécifique (objectif 5) pour l’égalité des sexes. L’objectif 5 est plus large que le dernier objectif relatif à l’égalité des sexes et comprend des cibles visant à mettre fin à la violence sexiste, à éliminer le mariage des enfants et les mutilations génitales féminines, et à garantir l’accès à la santé sexuelle et reproductive. Il prévoit également l’égalité d’accès à l’éducation, l’élargissement des opportunités économiques pour les femmes et la réduction de la charge du travail non rémunéré des femmes et des filles. Il nous appartient maintenant à tous de tenir les gouvernements responsables de leurs engagements et de veiller à ce que les objectifs soient atteints. L’implication des femmes – et le financement des solutions des groupes de femmes de la base – seront essentiels à la réussite.

À quoi ressemble l’avenir des droits des femmes ?

L’avenir des droits des femmes dans le monde est en jeu. Les coupes dans l’aide étrangère et les politiques strictes proposées par le gouvernement – de l’avortement à la réinstallation des réfugiés en passant par le changement climatique – constituent une menace directe pour la santé, la dignité et le bien-être des femmes et des filles partout dans le monde. Nous devons réfléchir : Les femmes du monde entier vont-elles perdre des droits durement acquis, ou le contrecoup va-t-il au contraire catalyser de nouvelles victoires ?
Le moment est venu de redoubler d’efforts et de se concentrer sur le renforcement des mouvements de femmes afin qu’ils puissent mener la charge du changement social sur les questions les plus urgentes de notre époque. Le Fonds mondial pour les femmes s’engage à transformer ces défis en opportunités pour les femmes d’affirmer leur leadership, leur action et leur voix. D’ici 2020, le Fonds mondial pour les femmes veillera à ce que les mouvements en faveur des droits des femmes soient puissants, influents et obtiennent des résultats durables. Le moment est venu de soutenir le mouvement mondial des femmes.
Le Fonds mondial pour les femmes œuvre pour un monde où chaque femme et chaque fille peut réaliser et jouir de ses droits fondamentaux.
Ce n’est que lorsque les femmes et les filles auront pleinement accès à leurs droits – de l’égalité salariale et des droits de propriété foncière aux droits sexuels, à la liberté de la violence, à l’accès à l’éducation et aux droits à la santé maternelle – que la véritable égalité existera. Ce n’est que lorsque les femmes auront assumé des rôles de direction et de rétablissement de la paix et qu’elles auront une voix politique égale que les économies et les pays seront transformés. Et ce n’est qu’à ce moment-là que toutes les femmes et les filles auront l’autodétermination à laquelle elles ont droit.